logo

Le site de l'Aquaculture, de l’Écologie des Milieux Aquatiques et de la Pêche à la Réunion

Poissons et crustacées de la Réunion

L’insularité de la Réunion implique que la colonisation des cours d’eau s’est effectuée par la mer. Seules les espèces tolérantes aux variations de salinité et les espèces migratrices sont adaptées à passer de la mer à l’eau douce et ont peu à peu remonté les cours d’eau pour y occuper certains habitats.

Les espèces de poissons et crustacées indigènes de l'île sont pour la plupart diadromie.

La faune aquatique est donc peu diversifiée mais reste néanmoins très originale.

On recense 25 espèces de poissons et 10 espèces de macrocrustacés dont le nombre diminue progressivement de l’embouchure vers l’amont des rivières. Cette caractéristique résulte de la forte dépendance des espèces indigènes au milieu marin, de la présence d’obstacles et des exigences d’habitat. Seules celles adaptées aux conditions hydrauliques extrêmes et développant de fortes aptitudes de franchissement (cabots bouche-rondes, anguilles, chevaquines) profitent des cours moyens et de l’amont pour se développer et se reproduire. Les autres, incapables de franchir des obstacles (chute d’eau, barrage…) se cantonnent aux estuaires et cours inférieurs où des types d’habitats particuliers sont observés (substrat fin, végétation aquatique…).

C'est ainsi qu'il existe très peu d'espèces piscicoles d'eau douce endémiques de la Réunion. En revanche, plusieurs d’entre elles sont endémiques des Mascareignes.

Le peuplement des eaux douces a toutefois été fortement modifié par l'action de l'homme qui a entrepris d'introduire plusieurs espèces soit dans le cadre de la lutte antipaludique (guppy), soit pour tenter d'initier des activités de pisciculture (tilapias, truites, carpes…)

Focus sur l’anguille

Cycle de vie du Cabot Bouche Ronde